Pavé de mémoire en Belgique

Chacun peut faire poser un pavé de mémoire devant le seuil de la maison dans laquelle vivait une victime du nazisme.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

La commande pour la Belgique se fait auprès de l’Association pour la Mémoire de la Shoah.
Elle peut émaner de toute personne physique ou morale : proches des victimes, descendants, voisins, institutions publiques, associations citoyennes, politiques ou sportives.

La réalisation et la pose des pavés est effectuée par Gunter Demnig, l’artiste créateur du monument urbain européen en mémoire des victimes du nazisme.
Le coût de chaque pavé est de 300€. Cette somme comprend d’une part l’achat du pavés et sa pose, payés à la “Stiftung Gunter Demnig” (120€ + frais d’hénbergement) ainsi qu’une participations aux coûts engagés par l’AMS pour non seulement obtenir les autorisations communales de poses, mais également pour préparer et en réaliser la cérémonie officielle d’inauguration.

Les pavés sont posés dans l’ordre d’arrivée des demandes et des paiements, en fonction des disponibilités de leur créateur.

Pour l’AMS, les cérémonies officielles sont essentielles.En effet, la sollicitations de responsables politiques permet d’inscrire activement les victimes des persécutions nazies en tant que victimes de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide.  En outre, la participation sensible à ces cérémonies d’élèves et de membres d’associations locales vise non seulement à rendre hommage public aux victimes mais aussi à renforcer la tolérance, la cohabitation et la démocratie.

Ces cérémonies ont permis d’importantes avancées mémorielles :
1° en 2012, la reconnaissance de la responsabilité des administrations communales belges dans la discrimination des Juifs durant la guerre (confection du fichier des juifs des communes et transmission de ce fichier à la police allemande), ainsi que cette reconnaissance par le gouvernement.
2° en 2013, la reconnaissance officielle par le Sénat de la complicité de l’État belge dans la persécution et la déportation des Juifs
3° en 2017, les excuses publiques formulées par le cardinal de Kesel pour le silence de l’Eglise catholique de Belgique et pour les conversions forcées

Inscription

Advertenties

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.